Commentaires sur le processus impliqué

dans la création d'un tableau

par Gene Gould

 

TRADUCTION (cliquez ici pour lire le texte original de Gene Gould en anglais) :

Les gens ont peint depuis qu'il y a eu des gens.  Les matériaux ont évolué, mais le processus utilisé pour créer une représentation physique des choses que les gens voient, ont vues, ou veulent voir, est resté inchangé.

Bien que je peigne autant que possible à partir de scènes réelles, il y a aussi un certain nombre de mes tableaux qui représentent des images que j'ai soit vues dans le passé, soit rêvées.  Les différents éléments qui composent ces images sont insérés et organisés sur la toile de la façon qui me semble la meilleure alors que j'explore mes idées, et au fur et à mesure que le tableau se concrétise.

Un tableau réussi est un tableau qui acquiert sa propre identité, et ceci de préférence durant les toutes premières étapes.  Après ça, je m'efforce à raffiner les couleurs et les emplacements qui contribuent le mieux à cette "présence" qui émerge.  J'ajoute des éléments qui augmentent la présence du tableau, et j'enlèvent ceux qui la diminuent.  Il faut être très humble durant ce processus, parce qu'il est très facile de perdre la magie, souvent en peignant mal, mais quelquefois aussi en peignant trop bien.  Renoir est un excellent exemple de méthodes parfaitement appropriées au sujet.  Alors qu'il était, techniquement parlant, un peintre excellent, ses tableaux les plus réussis sont composés de lignes floues et de marques crayonnées d'une façon presque enfantine.  Dans ces tableaux apparemment si peu sophistiqués, les images ont une vie et une présence que la représentation photoréalistique  ne peut pas transmettre.  Il n'est pas toujours facile de comprendre quelles sont les couleurs qui vont bien, et celles qui ne vont pas bien ; c'est un processus qui ne peut se faire qu'à partir de l'examen diligent et concerté de la personnalité émergente du tableau.

Certains tableaux naissent en un clin d'oeil et meurent tout aussi vite, indépendamment de vos efforts pour le sauver.  D'autres survivent aisément jusqu'à leur réalisation complète.  Récemment, j'ai commencé à prendre des photos de certains tableaux durant leur développement.  Vous en verrez des exemples dans le cas de Angel in Red et de Alexander the Great.  Quand je regarde ces images en rétrospective, je peut voir certains tableaux prendre vie et puis mourir, ou prendre une toute autre forme.  Quelquefois, je regrette de ne pas m'être arrêté à certaines étapes.  Je suppose que je pourrais copier cette image et continuer à partir de cette étape particulière.  Est-ce une idée? Poursuivre des branches multiples?

Il est d'une importance vitale de peindre honnêtement, et en gardant constamment à  l'esprit l'intégrité de l'oeuvre.  Alors, si tout va bien, on peut finir le tableau et en commencer un autre.  On en commence un autre parce que peindre est une aventure dans sa création tout autant que dans son appréciation.  C'est une aventure à laquelle j'ai pris beaucoup de plaisir en tant que peintre et en tant que spectateur depuis de nombreuses d'années, et j'espère avoir la chance d'y prendre plaisir encore dans de nombreuses années à venir.

Gene Gould      

Cliquez ci-dessous pour voir le processus suivi par Gene Gould lors de la création de certains de ses tableaux :

Etapes successives de la création de  "Angel in Red"

             

 

Etapes successives de la création de "Alexander the Great"

         

 

People have painted since there have been people. Painting materials have changed, but the process of creating a physical representation of the things that people see, have seen, or want to see, has persisted.

Although I also paint from real life whenever I can, many of the paintings that I make are derived from images that I have either seen or dreamt. The way the bits and pieces of the images are applied and organized on the canvas is done in the manner that seems best to me as I explore my ideas, and as the painting develops.

Every successful painting acquires an identity of its own, hopefully at a very early stage. My efforts from that point forward are involved with refining the colors and placements that contribute to this emerging "presence". I add elements that increase the presence of the painting, and I remove elements that detract. One must be very humble during this process because the magic can be lost very quickly, usually by painting too poorly, but sometimes by painting too well. Renoir is a great example of using the methods that fit the subject. Although he was an excellent draftsman, his most successful paintings were created using fuzzy lines and marks that look like they were made with crayons. Yet, in these seemingly unsophisticated paintings, the images have a life and presence that photo-realistic art does not convey. Understanding which colors belong, and which ones don't, is not easy, and only occurs through diligent, concerted examination of the emerging personality of the painting.

Some paintings flash into existence and then die away no matter how hard you try to save them. Others proceed smoothly and directly to completion. Recently, I have been taking photos of some of the paintings as they developed. You can find examples  for Angel in Red and Alexander the Great. As I watch those pictures in retrospect, I can see some paintings coming alive and then dying, or taking on a new form entirely. Sometimes, when I look at the pictures, I wish I had stopped at some of the stages. I suppose I could copy that stage and proceed from there. Is that an idea? Multiple forks taken?

Gene Gould

 

 

ACCUEIL ART-IN-TIME

L'ART DE GENE GOULD AUTRES ARTISTES

EDITORIAUX

LIENS ECRIVEZ-NOUS

 

TABLEAUX

DESSINS

STATUES

INFORMATION ACHAT

ACTUALITES

QUI SOMMES-NOUS?

PLAN DU SITE